Sainte-Lucie, joyau des Antilles

En février, je me suis aventurée à Sainte-Lucie avec mon petit gars de 3 ans 1/2. Dix jours au soleil à relaxer en plein milieu de l’hiver -celui-ci m’a paru drôlement moins long, du coup !

Wikipédia nous apprend que l’île fait 620 km² pour une population estimée à 170 000 habitants. Elle fut longtemps disputée entre la France et le Royaume-Uni, ce qui explique l’abondance de noms de lieux français, pour finalement devenir en 1979 royaume du Commonwealth. Elizabeth II en est donc le chef d’État. Sainte-Lucie est principalement connue pour ses deux montagnes caractéristiques, le Gros Piton et le Petit Piton, dont les hauteurs respectives sont 786 mètres et 743 mètres au-dessus du niveau de la mer. Depuis Soufrière, on ne voit que le Petit Piton, le Gros se cachant derrière. Ceux-ci apparaissent sur le drapeau de Sainte-Lucie.

DSCN4791.JPG

À gauche, le Petit Piton

J’ai choisi de rester uniquement à Soufrière durant ces 10 jours, pour plusieurs raisons; d’abord, étant seule avec un petit, c’était plus pratique de limiter les déplacements. En outre, Soufrière offrait un compromis idéal entre le fait d’avoir pas mal d’attractions intéressantes (ce qu’offre aussi Castries, la capitale, mais qui manque d’authenticité) et le contact avec la nature et la population (ce qu’offre par exemple toute la côte Est, mais l’océan là-bas est assez tumultueux, et les activités sont moins variées).

Alors que dans les environs de Soufrière, on trouve un volcan, des plantations de cacao, de bananes, de cannes à sucre, des chutes d’eau, tout plein d’activités nautiques : plongée, observation des baleines et dauphins, ou juste jouer ou bronzer sur la plage… (voir carte à la fin de l’article)

En outre, Soufrière est une petite ville, ce qui veut dire que tout peut se faire à pied (au pire en poussette pour le petit), que les gens ne sont pas stressés (même si c’est un peu le côté insulaire qui veut cela aussi), que les gens te saluent systématiquement dans la rue, et même qu’ils commencent à te reconnaître au bout de quelques jours (cela dit, j’ai vu des touristes avec des bébés de moins d’1 an ou carrément des grands de plus de 8 ans, mais aucun avec un enfant de l’âge du mien, du coup on se démarquait).

DSCN4812

Première vue de Soufrière en arrivant de Vieux Fort. Au fond, l’église.

Côté bouffe, j’ai essayé quelques restos, mais j’en parlerai dans un autre billet. On a débuté notre séjour en séjournant 3 nuit au Downtown Hotel; là il est arrivé quelque chose d’extrêmement ironique. J’avais vu des conseils de voyageurs comme quoi il faut prendre une chambre avec vue sur mer le vendredi soir (jour où on arrivait), pour éviter la musique de la fête qui a lieu toutes les semaines sur la place devant l’église. 

Sauf que ladite place était en réfection. Donc la fête a eu lieu sur le front de mer. À peu près devant notre fenêtre (sauf qu’on était au 3ème étage). Et que c’était encore la fête le samedi soir, mais moins fort et moins longtemps. Disons que le lendemain, j’ai apprécié faire la sieste avec mon petit.

DSCN4798

Le Downtown hotel. Oui, oui, le truc avec des créneaux bleus !

 

L’avantage de cet hôtel : la proximité. On est à 1 min du supermarché (Eroline’s supermarket), 1 min du front de mer, et 10 min de plage de Soufrière; celle-ci est peu fréquentée, car petite et assez sale (aussi bien des déchets que des rejets de la mer, algues notamment). C’était cependant suffisant pour nous occuper, jouer avec le sable, regarder les crabes sur la plage et les bateaux sur l’eau, et surtout être flexibles et pouvoir rentrer à pied en tout temps -les autres plages des alentours, telles que Sugar Beach, nécessitent d’avoir une voiture ou de planifier un aller-retour avec votre hôtel, donc de déterminer une heure de retour fixe d’avance.

20170212_082701

Trouvez le crabe !

On est aussi allés une fois à Anse Chastanet; pour cela, on a passé une nuit dans un hôtel un peu plus cher, parce qu’ils pouvaient m’aider à trouver une baby-sitter afin de garder mon petit pendant que je plongeais. La zone où plonger est bien délimitée afin d’éviter les collisions avec les bateaux, et une petite boutique de location sur la plage fournit l’équipement, incluant le gilet de flottaison avec un sifflet. J’ai pu passer une heure à arpenter la zone et admirer la faune et la flore -incluant une vieille table de pique-nique en fer toute rouillée, mais surtout de magnifiques poissons rayés et coraux jaunes et rouges.

L’hôtel où on a passé la nuit est le Still Beach House, un petit hôtel familial situé directement au bord de la page, dont les lits, équipés de moustiquaires, ont un côté super romantique. On s’endort et on se réveille au son des vagues, ce qui est assez magique ! Par contre, l’eau de la douche était froide, et il se trouve que le restaurant ne sert pas le souper, ce qui n’est indiqué nulle part; après une petite balade en ville juste avant le coucher du soleil, on est rentrés pour trouver un resto fermé, et du coup on a grignoté divers trucs froids (on avait notamment du pain, du beurre de cacahuètes et du yaourt à boire. Pas le souper le plus excitant du voyage !)

Le lendemain, on a changé d’hôtel pour aller au Alfred’s Diamond Villa durant 5 nuits. Plus excentré (à 10 min du supermarché et 20 minutes de la plage), c’est là qu’on a eu le plus de fun finalement. On avait une mini-cuisine, l’endroit était d’un calme incroyable (zone résidentielle) et il y avait une petite cour bétonnée avec une balançoire (un peu branlante… disons que je ne pouvais pas l’utiliser, mais mon petit oui) et des ballons qui traînaient vu que les proprios habitent sur place et ont 2 petites filles. Le samedi soir, un gros barbecue est organisé et tout le monde est invité à venir manger et boire ensemble (incluant des voisins, et tous les résidents de l’hôtel, qui comprend 6 appartements).

DSCN4893

Alfred’s Diamond Villa est également situé à 5 min des jardins botaniques (Diamond botanical gardens). Ceux-ci sont absolument magnifiques, mais quelque chose qui m’a principalement marquée au cours de cette visite c’est qu’on a vécu la seule averse de tout le voyage. Très forte, et qui a duré vraiment longtemps; on s’est réfugiés dans la structure d’accueil / café à mi-parcours et on a observé les oiseaux qui se posaient sur les tables. Mon garçon a eu le temps de toucher exactement à chaque objet-souvenir qui était proposé tandis que je retenais un peu mon souffle pour qu’il ne casse rien (la plupart des objets, même les maracas, semblaient vraiment fragiles, mais je voulais lui faire confiance).

DSCN4852

Les jardins comprennent une chute d’eau dans laquelle on ne peut pas se baigner; par contre, en payant un supplément, on peut prendre un bain dans des piscines d’eau thermale -de l’eau chaude qui a voyagé près du volcan, situé à 3 km de là (volcan dont je parlerai plus bas).

DSCN4872

La flore est assez époustouflante, entre la multitude de fleurs très colorées, les bananiers, caféiers, cacaoyers, des bambous, toutes sortes de lianes, du bois bandé, de la vanille…

DSCN4865

Liane de vanille qui grimpe sur un cacaoyer

 

DSCN4856

L’entrée coûte 7 US$ (la monnaie locale est le dollar caribéen, mais on peut aussi tout payer en dollars américains), et la moitié pour les enfants, mais vu la grandeur du mien ils l’ont fait entrer gratuitement.

DSCN4885

Je n’ai pas fait de photos de notre tour en bateau pour spotter des baleines et des dauphins, mais nous avons fait affaire avec Mystic Man Tours; ils organisent leurs tours avec des personnes de partout sur la côte Ouest -certaines personnes venaient de Castries ou de Sugar Beach- donc en étant juste deux, on avait au début une date flottante (« lundi ou mercredi ») jusqu’à ce qu’ils confirment qu’ils nous ajoutaient à un groupe. C’était une super belle balade, par contre aucun animal ne s’est montré 😦 Apparemment, cela arrive seulement 1 fois sur 10. Ils proposaient de reprendre le tour gratuitement une autre fois, mais comme le petit s’impatientait sur la fin (le tour dure une heure, et c’est sûr que ça manquait cruellement d’action) j’ai opté pour ne pas recommencer.

DSCN4797

L’hôpital de Soufrière

 

On est aussi allés voir le volcan, et je ne sais pas trop comment je me suis organisée pour n’y aller finalement que le dernier jour, alors qu’on devait quitter l’hôtel à midi pour aller à l’aéroport. Le volcan est annoncé comme le seul volcan « drive-in » du monde, et c’est vrai qu’on voit la chose de près. Mon garçon a adoré la visite, parce qu’il y avait plein de cailloux par terre (bin oui, le volcan ne l’a pas passionné). Il en a même mis dans ses poches, et du coup on a un petit caillou de Sainte-Lucie chez nous.

20170219_094004

Le plus impressionnant, ce sont ces sortes de piscines de boue noire en ébullition; ça bouillonne énormément, des grosses bulles éclatent et éclaboussent, bref l’activité est forte là-dessous. Et c’est bon signe, parce qu’en l’absence d’activité, cela veut dire que le volcan ne relâche pas ses gaz, la pression s’élève en dessous, et le volcan prépare une éruption. Des spécialistes viennent sur place faire des mesures tous les ans, juste pour suivre l’état de la chose.

20170219_091246

Pour un petit supplément, vous pouvez prendre un bain dans les boues noires et chaudes, à environ 38 degrés C. C’est-à-dire un peu trop chaud pour un enfant, en plus de laisser des traces noires pendant plusieurs jours; comme on prenait l’avion quelques heures plus tard, j’ai décidé de ne pas prendre le bain.

20170218_175221

Golden hour près de chez Alfred’s Diamond villa

On a aussi flâné dans une plantation de cacao, mais comme celle-ci appartenait à un restaurant, j’en parlerai dans mon prochain billet. Du coup, c’est tout pour les activités que j’ai réellement essayées dans le coin. Par contre, j’ai quelques suggestions :

  • Morne Coubaril Estate : faites du zipline, une balade à cheval, ou explorez simplement la plantation de cannes à sucre.
  •  Piton falls ou Toraille waterfalls, des chutes d’eau où on peut se baigner (contrairement aux Diamond)
  • randonnée facile, le chemin Tet Paul. On peut grimper facilement jusqu’en haut du Gros Piton (celui qui a une pente douce) et avoir une vue magnifique sur les alentours, voire jusqu’en Martinique. Mon petit était juste trop lourd pour que je le mette en porte-bébé 1 heure aller et 1 heure retour, et trop jeune pour faire le trajet tout seul. À deux adultes, ça aurait été jouable.

DSCN4819

J’ai pris des photos de mes dollars caribéens. J’ai bien géré mes retraits versus mes dépenses, vu que j’ai juste rapporté une pièce de 10 cents.

20170218_200044

Encore quelques photos, et quelques cartes pour bien situer le tout… en attendant le prochain article, qui parlera un peu de bouffe !

20170216_100937

En revenant de Eroline’s supermarket. À gauche, au fond, l’église, et devant elle, la place en réfection.

20170213_164815

20170212_080803

20170218_084031

le marché du samedi

ste lucie

ste lucie2.jpg

ste lucie3.jpg

ste lucie4

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s