Bonnes adresses à Lausanne

Lausanne est une des plus grandes villes de Suisse, dynamique mais avec une atmosphère sereine. Bâtie sur plusieurs collines au bord du lac Léman, elle est traversée de plusieurs ponts qui confèrent ainsi à la ville une géographie particulière. Hébergeant le Comité International Olympique depuis 1915, elle est également reconnue pour l’excellence de ses écoles, notamment l’école Polytechnique fédérale (EPFL), ou encore pour sa magnifique cathédrale.
Gare de Lausanne, qui annonce la ville comme « capitale olympique »
Côté bouffe, j’ai essayé quelques restaurants, en tentant de favoriser des choix de mets suisses ! Ainsi, à la Brasserie St-Laurent, j’ai pris le plat de rösti (galette de pommes de terre) avec une tomme panée. Un plat tout simple, mais réconfortant et délicieux.
Le soir, on m’a emmenée place de la Riponne, chez le Vaudois -un nom bien excitant quand on sait que Lausanne est la ville principale du canton de Vaud : la bouffe sera donc vraiment locale !

Mon ami a d’abord craqué pour un plat de moelle; fondante, grasse mais délicieuse, saupoudrée de fleur de sel à souhait : un vrai plaisir coupable.

On s’est partagé une fondue « moitié-moitié : un classique, mélange de gruyère et de vacherin fribourgeois (ok, on est moins local, mais Fribourg est juste le canton voisin, alémanique mais bilingue). Une vraie bonne fondue, c’est absolument divin…
Au cours de mes errances en ville, je suis tombée sur une jolie boutique de thé, le Tea Tee.

Malheureusement ils ne proposent pas de thé à emporter, mais j’ai pu goûter sur place à un thé délicieux; il y a également une sélection très vaste de théières et tasses, et de produits tels que des confitures artisanales -tout est là pour organiser un petit tea time entre copines. La boutique, petite et confortable, donne l’impression d’être dans un joli cocon hors du temps -surtout quand il pleut à verse dehors.

Je suis également tombée sur un traiteur/boucher/fromager –Mauro– dont la boutique était extrêmement encombrée à l’heure du lunch : c’est toujours un gage de qualité.

J’ai voulu essayer une des « foccace spéciales » : celles-ci ont été suggérées par des clients ! La « spéciale Cid » comprend chèvre frais, roquette et ventricina -une charcuterie italienne comprenant de gros morceaux de gras et relevée de piment fort. Le tout sur un pain délicieux -le succès de l’endroit est parfaitement justifié !

Côté culture, je suis allée au MUDAC (Musée de design et d’arts appliqués contemporains). La collection temporaire, « L’usage des jours » exposait les œuvres d’un artiste, Guillaume Bardet, ayant dessiné chaque jour durant un an une oeuvre destinée à être réalisée en céramique. L’année suivante, durant une saison, celles-ci ont été réalisées par des céramistes. L’exposition présentait la totalité des œuvres ainsi que des vidéos de l’artiste et des céramistes exposant leurs réflexions sur la collection.


On voit les changements progressifs de styles, passant de pièces couleur néon à d’autres, plus brutes, couleur lave; ci-dessous, des pièces en céramique qui ressemblaient de loin à s’y méprendre à du papier plié. Une impression de légèreté pour des pièces probablement assez lourdes…


Le Mudac comprend plusieurs étages dans un beau bâtiment ancien; l’exposition sur les bijoux contemporains était étonnante de créativité et de réflexion sur la place du bijou de nos jours. Au sous-sol, les collections anciennes, sur le thème de la mort, sont abritées dans des pièces voûtées, un peu sombres, au plafond bas. Tout en haut, sous le toit aux belles poutres apparentes, la vue sur le lac m’a plus fascinée que la collection d’art verrier…


La cathédrale mérite également le détour -quelle chance, elle est à côté du Mudac !

Le portail d’entrée est riche en détails, mais c’est surtout l’intérieur qui m’a charmée; l’architecture simple et élégante, l’orgue magistral, l’atmosphère sereine… Je laisse les photos parler par elles-mêmes.

 
 

Et depuis le parvis, on a une magnifique vue sur les toits de la ville, le lac et les montagnes…

Côté souvenirs, je rapporte toujours de la bouffe, et j’ai été assez comblée en visitant la boutique « la ferme vaudoise« .

Celle-ci regroupe tous les produits imaginables produits dans le canton : charcuteries, fromages, alcools, douceurs en tous genres, tisanes, etc.

Je me suis laissée tenter par la tisane « Eistee » – un mélange de fleurs et d’herbes à infuser et auquel ajouter du jus de pommes et quelques glaçons… Également, j’ai voulu tester le gâteau aux noix -un produit moins local puisqu’en fait l’Engadine est une région du canton des Grisons, à l’extrémité Ouest du pays. Il s’agit d’une farce de miel et noix entre deux couches d’une pâte sucrée; c’était incroyablement délicieux… Comme je ne l’ai goûtée qu’une fois de retour au Canada, j’ai regretté de ne pas en avoir acheté plusieurs : c’est petit et c’est terriblement bon, bref j’en aurais bien ramené une dizaine…

Pour finir, quelques autres vues de la ville…

Place de la Palud

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s