Bonnes adresses à Besançon

Besançon, capitale de Franche-Comté (techniquement, ça s’appelle plutôt une préfecture), est une ville de taille assez moyenne (120 000 habitants environ) à l’est de la France; très ancienne, elle aurait été le berceau de peuplements préhistoriques. Elle est traversée par une rivière, le Doubs, qui s’enroule affectueusement autour; là où la rivière se resserre, une colline s’élève. Dès lors, on comprend mieux son passé militaire : il s’agit d’une géographie extrêmement facile à défendre. Une citadelle, construite par Vauban et inscrite au patrimoine mondial de l’humanité depuis 2008, s’étale sur cette colline. Appelée colline de St-Étienne, elle est l’une des 7 qui entourent Besançon -qui en tire son surnom méconnu de « Petite Rome ».

« la boucle du Doubs » autour du centre ancien de Besançon
Lors de mon passage en ville, j’ai pu découvrir quelques cafés et restaurants à l’intérieur de la boucle; j’ai notamment passé du bon temps dans le joli salon de thé « Bêtises et Volup’thé » que ma mère adore. Le décor est un peu girly, mais vraiment joli et agréable.

La carte présente toutes sortes de desserts qui semblent tous plus alléchants les uns que les autres, avec des noms pétiques -« Goûte ça et épouse-moi », c’est drôle de demander ça au serveur…

J’ai fini par opter pour « la variation autour de mon ange » : mon ange est une terrine qui avait l’air bien appétissante, et qui est servie dans sa variation avec une limonade pailletée. Mon café est d’abord arrivé, avec le lait chaud à part, et un cœur de zeste d’orange confite pour sucrer.

Le dessert est présenté de façon magistrale : en plus de la terrine, des petits chocolats, quelques fruits et des tourbillons de crème fouettée ornent l’assiette.

La limonade était délicieuse; l’or ne goûtant rien, son apport au plat est purement esthétique -mais magnifique. La terrine était un peu grasse, mais le mélange de praliné et beurre salé était intéressant. Ma mère a préféré un gâteau à mi-chemin entre le brownie et le fondant.
Au final, un joli endroit pour se poser tranquillement lors d’un tour en ville : le choix de thés est vaste et original, l’endroit a une atmosphère calme, et les gâteries ne manquent pas !

Le jour suivant, j’ai voulu essayer le resto-boulangerie « la Femme du Boulanger ». Celui-ci est connu pour offrir du pain Poilâne, livré régulièrement de Paris. 

Malheureusement, il était déjà un peu tard (genre… 14h) et les tartines n’étaient plus offertes. J’avais oublié que bien des restos ferment en-dehors des heures « normales » de repas, heures durant lesquelles en revanche un tas de boutiques ferment  Je me suis donc rabattue sur le plat du jour, une tarte aux légumes avec un à-côté de sauce tomates, accompagnée d’une belle salade.

La tarte était très bonne, et la sauce tomate, excellente, l’accompagnait à merveille. J’ai accompagné le tout d’un bon café.

L’endroit est convivial, avec ses grandes tables et… ses sapins à l’envers au plafond. N’hésitez pas à ressortir de là avec une bonne miche de pain ou une petite douceur !

Autre resto testé, le bistro bio « Chez Victor ». Un petit resto, lui aussi dans la vieille ville mais un peu en-dehors des sentiers battus, qui a un côté « je-mange-chez-mon-ami ». On commande au comptoir, on discute spontanément avec le cuisinier, bref on se sent reçu comme à la maison. 

On a testé une tourte aux légumes et une farandole de légumes; cette dernière comprenait notamment des lentilles mêlées de carotte crues : le chef aime les mélanges cru/cuit et cuisine à sa guise les légumes bio de la coopérative située à quelques pas de là, de l’autre côté de la rivière.

Comme souvent, je me suis laissée tenter par un dessert; le gâteau était parfait : moelleux et bien chocolaté.

Pour info, le nom du resto provient d’un livre que le propriétaire aime particulièrement. Aussi, pour les fans de viande, n’hésitez pas à passer : il y a toujours au moins un plat à base de protéines animales afin de combler tout le monde.

J’ai profité du voyage pour refaire le tour de cette ville plutôt chargée d’histoire : fontaines et autres vestiges romains, palais de la Renaissance, diverses églises, … Les monuments sont généralement blancs avec des taches beiges et ocres, réalisés en pierre locale, d’origine calcaire.
Fontaine place Jean-Cornet/Quais du Doubs avec l’église Ste-Madeleine au loin/Église St-Pierre/Palais Granvelle
J’ai aussi ramené un paquet de choses, principalement, évidemment de la bouffe. Comme je n’ai pas pris le temps de beaucoup vagabonder en région, la boutique Doubs direct m’a permis l’accès dans un seul espace à un tas de produits régionaux !

Bière blonde au vin jaune/Fontaine à absinthe/Moulin à poivre Peugeot/Cerises à l’eau-de-vie
La région comprend notamment un tas de microbrasseurs qui rivalisent d’inventivité; on produit aussi, en Haute-Saône, beaucoup de cerises, à partir desquelles des kirsch sont produits par les nombreuses distilleries, ainsi que des cerises macérées. Dans le Territoire de Belfort, c’est le berceau de Peugeot, qui, outre les voitures et les vélos, est connu pour ses moulins à épices -garantis à vie. Également, on peut trouver, depuis le retour de l’absinthe, spécialité séculaire de Pontarlier (anciennement le siège de la société Pernod, un géant français des boissons alcoolisées), de jolis objets entourant le rituel autour de la façon de servir cette boisson.

Les charcuteries sont légion, dont la fameuse saucisse de Morteau, ou encore le jésus. L’excellente limonade « La Mortuacienne », quasi-centenaire, existe en toute une variété de goûts : nature, pamplemousse, grenade, etc. Il y a même un cola La Mortuacienne.

J’ai également découvert les gaudes : une sorte de farine de maïs, qui peut être utilisée pour faire une bouillie (style porridge), ou bien ces délicieuses galettes riches en beurre.

Pour finir, sachez que la ville comprend pas mal de chocolateries; notamment Alain Ricot, qui a développé un tas de spécialités, comme le chocolat officiel du tramway (oui, Besançon aura un tramway, prévu pour décembre 2014), qui est un praliné à la fleur de sel, ou encore les coucougnettes -sortes de très bonnes dragées enrobées de chocolat.

Bref, côté bouffe, il y a de quoi ne pas s’ennuyer… ça vous fera peut-être d’y faire un détour si vous passez plus ou moins dans le coin prochainement !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s