Galette comtoise

Pour poursuivre dans la lignée des recettes franc-comtoises, voici une petite recette de galette des rois comme on les fait dans mon coin d’origine; oubliez la pâte feuilletée et la frangipane : on parle ici de pâte à choux bien moelleuse.
Alors oui, les Rois c’était le mois dernier, c’était même le 6 janvier, à l’Épiphanie. Je n’ai même pas l’excuse que ça se mange durant le mois entier, car on est désormais en février. Mais tant pis… de toute façon, en plus d’une recette de galette, vous saurez faire une belle pâte à choux, une recette réutilisable pour faire des éclairs, des profiteroles, etc.. .bref de bons desserts toute l’année.
Chez nous -comme chez bien d’autres- les galettes des rois, ça se mangeait durant tout le mois. Pas juste des comtoises : on achetait aussi celles à la frangipane, dont on faisait de larges tranches bien trop copieuses -je sais d’où me vient ma difficulté à me modérer quand j’aime furieusement un plat… Cependant, on trichait souvent pour que la plus jeune ait la fève; j’avais découvert à cette occasion que j’étais un peu une mauvaise perdante, même si c’était pour faire plaisir à une petite fille. Mon excuse, c’est que j’avais perdu parce qu’on n’avait pas suivi les règles; en plus, la petite n’était pas bête : elle trouvait ça louche de gagner si souvent.

Pour une galette, on fait chauffer une tasse de lait, dans laquelle on fait fondre 1/3 tasse de beurre et 1/4 de tasse de sucre. On ajoute ensuite 1 tasse 1/3 de farine.

Puis on continue à faire cuire doucement, pour « sécher » la pâte. Plus on sèche, plus la pâte aura de la tenue et sera facile à utiliser -surtout si on fait des petits choux; si on sèche trop, elle sera moins moelleuse par contre. Arrêtez quand elle se détache facilement des parois. Si vous êtes très gourmands, vous pouvez ajouter une grosse cuillerée de crème épaisse.
On peut alors ajouter 4 oeufs un à un, en remuant le tout très vite -ou, pour plus de sécurité, on peut réaliser cette étape après avoir transféré la pâte dans un récipient froid; la différence de texture avec la pâte est telle que les oeufs sont difficiles à intégrer et qu’il faut montrer vigueur et conviction pour s’assurer du succès de l’opération. Personnellement, je n’ai jamais eu de problèmes et je n’ai jamais fini avec des morceaux d’oeuf cuit dans ma pâte à choux, mais on sait jamais…

On peut alors parfumer à la fleur d’oranger, et transférer dans un moule. Comble de l’hérésie, je n’avais pas de fleur d’oranger, et j’ai réalisé une version à la vanille. Si vous n’êtes pas franc-comtois, je sais que vous vous sentirez moins mal que moi.

On strie à la fourchette, et on cuit à 180°C ou 350°F, environ 25 minutes; la galette lève pas mal et s’affaisse un peu lorsqu’elle refroidit. C’est rapide, facile et bon; ça fera moins d’effet qu’un gâteau à 3 étages, mais c’est un dessert vraiment sympathique; surtout si vous y avez mis une fève. Le suspense insoutenable jusqu’à ce que quelqu’un la trouve… maintenant que je le fais avec des gens honnêtes, je ne la trouve pas plus souvent qu’avant. Bref, ça servait à rien de bouder quand ma mère trichait.

Publicités

2 réflexions sur “Galette comtoise

  1. Servane dit :

    j'en ai fait une sans gluten, aux farines de sarrasin, millet et riz et avec crème végétale de millet, un délice … par contre 2 cuillérées à soupe de fleur d'oranger c'était un peu trop

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s