Bonnes adresses dans East Village

Suite à ma sélection d’adresses dans Brooklyn, je vous ramène sur Manhattan pour explorer principalement East Village.
Pour débuter, un brunch ukrainien chez Veselka est une option qui permet de démarrer la journée d’une façon très savoureuse! Ce restaurant a été fondé en 1954, et jouit d’une belle popularité. Un livre est même sorti, qui vous permettra de reproduire les plats délicieux que vous aurez goûté… ou qui vous auront fait de l’oeil sur la carte.

Un plat m’a intriguée : « Hudson valley buttermilk pancakes with bacon and chocolate chip filling ». Ne me sentant pas aventureuse ce matin-là, j’ai opté pour les pierogies au bacon, oeufs et pommes de terre recouvert de cheddar du Vermont, ainsi qu’un café latte.


Le café était trop doux, avec beaucoup de lait. Par contre, les pierogies….

… c’était incroyablement délicieux. Servis avec des oignons doucement caramélisés, on peut y ajouter compote de pommes et crème sûre (servies à part). On peut également choisir de les avoir bouillis ou grillés. C’est le genre de plat qui est si surprenamment bon qu’on se met sans y penser à manger moins vite, juste pour que le plaisir se prolonge (à moins d’en commander une deuxième assiette…)

En semaine, l’endroit est peu fréquenté pour le brunch, mais le service est rapide et incroyablement sympathique. Un endroit à revisiter, définitivement !!

Pour un excellent café, on se rend chez Everyman espresso.

Situé dans le hall d’entrée d’une compagnie de spectacles, le café ainsi que le lait sont soigneusement choisis, et les baristas assistent régulièrement à des formations.

Le latte est en effet parfait. Généreux, avec une mousse dense et onctueuse, et l’espresso utilisé est amer et parfumé à souhait. Le bol est énorme, ce qui donne l’occasion d’en profiter longtemps…

Il n’y a que quelques tables, mais beaucoup de connaisseurs viennent pour un café à emporter. L’endroit est plutôt tranquille, idéal pour commencer la journée en douceur en savourant le café avec un croissant ou un cookie; le choix des gâteries est néanmoins assez limité. C’est le café qui est la star ici; on peut d’ailleurs en acheter un sac, ou même acheter différents types de machines : cafetière italienne, aéropresse, …

On y sent tout l’amour des bons produits; le café est torréfié en Caroline du Nord, et le lait vient d’une ferme voisine – 2 fois plus cher mais 1 000 fois meilleur 🙂

Plus tard, pour le lunch, on essaie un lobster roll de chez Luke; c’est un minuscule restaurant qui sert des plats à base de fruits de mer, mais c’est principalement pour le homard -issu d’une pêche équitable- qu’il est connu, reconnu et couru. 🙂

Le homard est délicieux, en bonne quantité, le pain est moelleux, légèrement beurré, et l’assaisonnement -secret- nous donne un plat à tomber. Pour 15 $ seulement, j’étais presque prête à en mange un deuxième, live là. Mais après tout, ils ont plusieurs boutiques dans NY et également à Washington, ainsi qu’un food truck. Je remangerai donc pour sûr des pains au homard de Luke dans ma vie.

Malgré l’exiguité de la place, quelques livres invitent à prolonger la visite, dont un joli abécédaire du Maine. La lettre L en est la star, puisqu’elle est là pour le mot lobster. 🙂

Le local est joliment décoré selon la thématique de la pêche en mer, et donne envie d’aller faire un tour sur la côte…

En flânant dans les rues, je suis tombée sur un très beau magasin d’antiquités, « The upper rust ».

Il y a un choix énorme d’éléments de décoration vintage, en outre le tout est à des prix généralement abordables.

Je suis ensuite tombée sur MUD, un café dont la devise est « eat. drink. love. » Mais quand ils disent « drink », ils parlent de bon café, évidemment.

Chez MUD, ils font leurs propres mélanges de café, et ont en fait commencé leur aventure avec le MUDtruck, généralement stationné un peu plus loin sur Astor Place.

J’ai seulement décidé d’essayer leur espresso. Malheureusement, je l’ai trouvé un peu trop acide, donc sous-extrait.

Le café (MUDspot) a un jardin et sert des brunchs et toutes sortes de repas avec des vins et bières sélectionnés. Une autre visite s’imposera lors de mon prochain voyage !

J’avais repéré sur un blogue de bouffe le petit resto japonais Otafuku. Celui-ci sert notamment des takoyaki, boules à la pieuvre que j’avais vu faire par un marchand ambulant à Tokyo, mais que je n’avais pas essayées.

 
Le resto est si petit qu’on ne peut rentrer qu’à 3 personnes maximum. On commande et on paye, puis on attend notre bouffe sur le trottoir.
J’ai accompagné mes takoyaki d’edamame, des gousses de soja bouillies et servies légèrement salées, qu’on pince avec les doigts ou les lèvres pour ne manger que les pois à l’intérieur.
La pieuvre était vraiment bonne; par contre la pâte était peut-être trop peu cuite à l’intérieur et rendait le plat moins savoureux, un peu écoeurant au bout de quelques boules.
 
Je me suis aussi laissée tenter par un dessert, un taiyaki, réalisé à partir de pâte à gaufres et garni de purée de haricots rouges -les haricots japonais azuki, légèrement sucrés. À manger encore chaud pour un maximum de croustillant – la pâte devient un peu élatique en refroidissant.
Après une halte dans le parc voisin, le Tompkins square park, je me suis dirigée chez Momufuku. Ils ont plusieurs emplacements à travers la ville, dont un dans East Village, le Noodle bar. J’avais entendu parler des pork buns, que j’ai bêtement commandés. En fait, je n’avais pas vraiment faim, et je n’aimais pas l’endroit – trop neuf, trop impersonnel- j’étais un peu fatiguée et je pensais sérieusement à rentrer faire une sieste.
Mais dès que j’ai commencé à manger un de ces pains, j’ai changé d’humeur. C’est un des meilleurs plats que j’ai mangés à vie. Pourtant, c’est juste un -très bon- morceau de porc, avec tout son gras, quelques concombres et des oignons verts, le tout dans un pain vapeur tout léger, avec de la sauce hoisin. J’en aurais bien mangé encore 4 autres, juste pour le plaisir… mais j’avais quand même pas très faim, et la cuisine était sur le point de fermer.
J’ai décidé de me laisser tenter par un dessert : toute comblée que j’étais par mon plat, j’avais envie de rester plus longtemps.
J’ai pris la crème glacée version « twist », c’est-à-dire moitié crème au beurre d’arachides et moitié nature avec des morceaux de cracker Ritz. C’est servi avec une pincée de sel par-dessus, et j’ai trouvé au fond une sorte de gelée rouge qui goûtait un peu sucré, mais sans avoir de façon distincte le goût d’un fruit en particulier. En gros, je ne sais pas exactement ce que j’ai mangé, mais c’était presque aussi mémorable que le porc. Bref, leur réputation est totalement méritée. La prochaine fois, je teste les ramen.
Outre les restaurants intéressants, le quartier regorge aussi de jardins communautaires ouverts au public; ils sont extrêmement bien aménagés et représentent de beaux espaces où s’arrêter, lire un livre ou boire un café au calme, en observant des new-yorkais jardiner ou jouer avec leurs enfants…
Atelier de réparation de vélos sur la 9ème rue, devant un jardin communautaire
Autres vues du quartier :
Les sandwichs Mile-End… si la poutine vous manque déjà, ils en ont !
Marché sur l’avenue A, devant le parc Tompkins Square
La boutique « Big Gay Ice cream shop » était malheureusement fermée; j’ai lu son histoire le lendemain, dans un livre sur les food trucks, car l’histoire a commencé avec un camion à crème glacée acheté par un musicien gay. Outre les crèmes glacées traditionnelles, il propose des créations originales, ajoutant du curry, de la confiture de lait, du beurre de citrouille… 
Par contre, j’ai pu faire un tour chez Pink Olive, qui propose des cartes de voeux, livres et autres objets adorables. Impossible de sortir sans acheter quelque chose !
Le soir, j’ai voulu tester un bar à mozarella; malheureusement, je n’avais pas vérifié les horaires, et il fermait à 18 h ! J’ai trouvé une solution de rechange : Eataly. (ça n’est pas tout à fait dans East Village, mais pas bien loin…)
Eataly, c’est un temple de la gastronomie italienne; charcuteries, fromages, pâtes en tous genres, biscuits, boissons, et un tas de légumes frais. Au rayon des champignons, j’en ai repéré au pied bleu, que je ne connaissais pas…
Comme l’endroit est extrêmement bruyant, j’ai préféré acheter de la bouffe à emporter plutôt que de manger sur place.
5 onces de mozarella faite maison (3,80 $), un bon pain frais au blé entier, et une boisson gazeuse italienne à l’orange. Un souper parfait !
La semaine prochaine : bons plans à Chelsea !
Publicités

2 réflexions sur “Bonnes adresses dans East Village

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s