Bocaux dépolis

En me promenant sur des blogues américains, j’avais vu des tutoriels pour réaliser des bocaux dépolis, de ce genre :

Cependant, le matériel à utiliser qui est indiqué dans ces blogues n’est généralement pas -ou pas facilement- accessible ici. J’ai donc passé un peu de temps à explorer ce qui était disponible dans le coin sans devoir commander depuis les États-Unis
Pour la crème à dépolir de marque Armour Etch, j’en ai trouvé au Studio du verre, sur la rue  Bonsecours. Le flacon de 3 onces coûte environ 13,50 $. 
Pour créer les pochoirs, ils n’avaient plus de vinyle autocollant ce jour-là. En discutant un peu chez Omer de Serres, on m’a vendu une feuille de Duralar autocollante très fine de 20 pouces de côté, à 5 $, tout en doutant fortement que ça puisse résister à l’attaque acide de la crème à dépolir. J’ai fait un test sur un verre auquel je ne tenais pas -un ex-petit pot de Nutella 🙂 et… 
ça marche. Même avec 30 minutes de repos.
J’étais prête à commencer mes bocaux pour vrai !
Pour info, voici la référence de la feuille de Duralar :
Le plus compliqué a été de créer les pochoirs, quoi qu’ils n’aient pas besoin d’être parfaits : au final, ça aura forcément l’air cool, croyez-moi. Il faut juste penser à inverser les lettres afin qu’elles soient lisibles dans le bon sens quand on les colle.
Les bocaux doivent être soigneusement lavés à l’alcool pour éviter toute trace de (gras de) doigt où la crème pénétrerait moins le verre et donnerait un aspect moins uniforme. On peut ensuite coller le pochoir; transparent sur transparent, c’est pas très visible sur la photo. On remarquera en plus que j’ai eu la flemme de laver l’intérieur du bocal, qui avait déjà servi à entreposer de la farine…Pour créer un bocal du même type que la photo plus haut, ça prend donc les lettres du mot qui doit apparaître non dépoli, et 4 bandes sur les côtés pour définir le cadre.
Ensuite vient le moment excitant et dangereux : l’utilisation de la crème, pour laquelle on recommande de porter des gants. Comme on a repeint notre appart récemment, les bacs à peinture trainaient encore dans le coin d’une pièce, et j’ai trouvé ça idéal pour m’installer. Je recommande d’avoir à portée de main un peu d’eau, pour pallier tout accident éventuel (une vieille précaution de chimiste prévoyante).
Et c’est parti, on badigeonne !!
J’ai laissé reposer 40 minutes, juste « pour être sûre »; et effectivement, au bout de tout ce temps, mon pochoir n’avait pas fondu. C’était donc le moment de le rincer à la grande eau; il paraît que ça peut endommager l’émail du lavabo par contre, alors j’insiste sur les mots « grande eau ». Suivi d’un lavage au savon.
C’est le moment de décoller le pochoir, sécher le bocal, et admirer le travail !!
On remarquera que mon « R » était pas très réussi, mais le tout a l’air cool quand même. Je vais donc profiter du week-end pluvieux qui s’en vient pour me faire une petite série du même genre 🙂 Si vous avez d’autres idées chouettes, n’hésitez pas à m’en parler…
Publicités
Publié dans: DIY

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s