Un magazine contre l’itinérance

18 ans ! Le bel âge 🙂 Le magazine L’Itinéraire existe déjà depuis tout ce temps-là, une existence déjà mouvementée mais avec encore plein de belles choses à venir.

Il a démarré avec la plus belle idée qui soit : fournir du travail aux gens de la rue. Ceux-ci réalisent la distribution; ils achètent le magazine 1,50 $ et le revendent à 3 $… mais rien ne vous empêche de donner un peu plus, d’autant que les articles sont vraiment bons, réalisés par des journalistes professionnels qui peuvent aider les camelots qui désirent également écrire dans le magazine – il y a une tribune spéciale pour qu’ils s’expriment. Les articles permettent notamment de mieux comprendre le phénomène de l’itinérance, mais traite aussi de sujets variés : maladie mentale, environnement, culture, etc. Les camelots sont généralement prêts à en discuter avec vous et sont super sympathiques; j’ai acheté mon premier exemplaire au camelot près de mon épicerie habituelle, et on a échangés sur certains problèmes de société. Cependant, j’ai acheté le numéro suivant à celui du marché Jean-Talon, parce qu’il dansait pour faire sourire les gens tout en leur présentant le magazine. En outre, on peut acheter sur le site Web de l’Itinéraire des cartes-repas, à distribuer aux itinérants pour leur permettre de manger dans les restaurants désignés, et ainsi les aider à pouvoir se nourrir d’un repas chaud dans un environnement accueillant.
Le magazine paraît toutes les 2 semaines et est publié en 15 000 exemplaires. Avez-vous acheté le vôtre ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s