Nouilles froides au bouillon de soja

On a eu une canicule. Puis une autre, moins longue, mois humide -mais une canicule quand même. Alors allumer le four ou la cuisinière, c’était un gros non. Les repas, c’était salades, soupes froides, et éventuellement quelques repas chauds à la mijoteuse ou au barbecue… Quand je suis tombée sur cette recette de nouilles froides, j’en ai eu envie tout de suite. Ça sentait l’été. De belles couleurs, des saveurs fraîches… J’ai réuni tous les ingrédients, puis… l’horreur : « Roast at 250° F for 1 hour » (on parle des tomates). Impensable, avec quelques jours de canicule déjà passés et autant à venir, trop de chaleur accumulée dans l’appartement et qui ne voulait pas s’en échapper, et plus un seul climatiseur disponible dans tout le Québec -autant réserver tout de suite une chambre dans un hôtel pour les nuits à venir !

20180702_173908.jpg

J’ai d’abord pensé mettre les tomates telles quelles, et tant pis pour le manque éventuel de goût. Puis je me suis dit, hey Google existe et a sûrement une solution !! Eh oui : le barbecue, tout simplement. J’ai également contourné un autre problème : les fèves de soya. La recette conseille de les cuire pendant une heure, ce qui devrait les rendre très tendres et faire un beau bouillon voluptueux. J’en avais des surgelées, en cosse, qui se cuisent au micro-ondes avec un tout petit fond d’eau, et qui doivent être patiemment épluchées à la main. Je les ai ensuite utilisées telles quelles, et même si mon mélangeur est un Ninja, puissant et aux lames très bien aiguisées, j’avais plein de mini-morceaux au fond de mon bol -on les voit bien sur la photo d’en-tête, mélangées aux graines de concombre. Mais c’était bon pareil. À vous de choisir quel traitement vous réservez aux edamames. J’ai aussi fait des petites variantes comme moins d’eau et du sucre brun plutôt que blanc.

Pour 4 personnes, vous en aurez besoin d’1 tasse d’edamames, de 3/4 de litre d’eau, 4 cuillères à table de sucre brun, 2 cuillères à table de sel, 2 de tahini, et 4 cuillères à table de graines de sésame (rôties, elles apporteront plus de goût, mais je ne pouvais pas allumer mon four). Broyez le tout au mélangeur et goûtez. Pour plus d’onctuosité, ajoutez encore du tahini, et ajustez l’assaisonnement à votre goût (sel, sucre, pourquoi pas une pincée de poivre aussi). Réservez au froid.

20180702_174021

Si vous le pouvez, faites blanchir 1 livre de tomates (cerises ou raisins) en les plongeant une dizaine de secondes dans l’eau chaude, puis plongez-les dans de l’eau froide et ôtez la peau (c’est plutôt la paresse qui m’a fait omettre cette étape, puisqu’après tout j’avais quand même allumé ma cuisinière pour cuire les pâtes). Mettez-les dans un plat en pyrex avec un glug d’huile d’olive, une gousse d’ail émincé et une pincée de sel. Mélangez le tout et laissez cuire environ 30 min sur le barbecue -j’ai laissé cuire encore après avoir éteint le BBQ, le temps de faire la suite. Pendant ce temps, faites cuire 4 portions de nouilles; j’ai pris des nouilles au sarrasin, au goût habituellement assez prononcé, mais ici en version froide le goût du sarrasin ne prenait pas trop de place. Des ramens ou des soba marchent aussi, et même des fettucine. Égouttez et laissez refroidir. Coupez un concombre en julienne (épépiné, idéalement).

Vient le moment d’assembler; déposez une portion de nouilles au fond d’un bol profond,  ajoutez une belle louchée de bouillon, et déposez par-dessus des tomates (qui dans mon cas auraient vraiment été plus agréables à manger sans leur peau), du concombre, et des graines de sésame (noires, c’est plus joli –oui, moi je les ai oubliées, j’avais trop faim). Ensuite, c’est comme les ramens traditionnels, vous pouvez slurper autant que vous voulez, ce n’est pas considéré impoli ! 😉

Publicités

Salade carnivore

Avec la chaleur infernale qui sévit depuis quelques jours –et qui va encore durer !! – il est impossible de cuisiner. Du moins, les seules façons acceptables sont la mijoteuse et le barbecue, afin de ne pas augmenter la température de l’appartement (je ne suis pas –pas encore?– l’heureuse propriétaire d’un appareil de climatisation).

Donc cette salade est idéale, à la fois fraîche et capable de satisfaire les plus gros appétits qui ne peuvent envisager un repas sans viande (ou juste ceux qui aiment un bon steak grillé). La vinaigrette contient de la sauce de poisson, un ingrédient qui fait une vraie différence; bien qu’elle soit assez malodorante pure, elle ajoute une nouvelle dimension au plat -ce serait réellement dommage de l’omettre.

20180610_181420-322130897.jpg

Faites d’abord la vinaigrette, puisqu’elle joue un double rôle : c’est également elle qui servira de marinade à la viande. Mélangez  6 cuillères à table de sauce de poisson, 2 d’eau, 3 de sucre brun et 3 de jus de lime. Si vous aimez ajouter un peu de piquant, additionnez aussi un peu de Sriracha, au goût. Gardez-la à température ambiante jusqu’à utilisation.

Assaisonnez votre steak (environ 1 livre pour 4 personnes, selon votre appétit 😉 ) avec du sel, du poivre, et une cuillerée de sucre brun. Allumez votre barbecue; pendant qu’il chauffe, mélangez environ 300-400 g de pois sucrés préparés (sans leurs queues et leurs fils) avec un peu d’huile d’olive, de sel et de poivre. Faites-les cuire sur une plaque posée sur le barbecue, 2-3 minutes de chaque côté. Réservez.

20180610_181412-731767755.jpg

Brossez chaque face du steak avec un peu d’huile puis faites-le cuire 3 à 5 minutes de chaque côté; pour un steak médium-saignant, la température interne doit atteindre 130 degrés F (54 degrés C). Retirez-le, mettez-le dans un plat et versez-y la moitié de la marinade. Laissez-le mariner 10 minutes, en le retournant de temps en temps.

Pendant ce temps, coupez une botte de radis, et mélangez-les avec les pois sucrés et tout ce que vous voulez : roquette, coriandre, cresson, menthe, concombre, … voire des légumes grillés : tomates cerises, courgettes, aubergines, etc… Ajoutez une généreuse portion de vinaigrette, mélangez et dressez dans les assiettes. Découpez alors le steak, déposez sur la salade, ajoutez des graines de sésame et encore plus de vinaigrette (vous pouvez récupérer la marinade, puisqu’elle n’a jamais touché de la viande crue). Dégustez !20180610_1814261166976393.jpgEt si vous avez encore un peu faim après… c’est une bonne excuse pour manger de la crème glacée. Avec des gaufrettes et de la sauce au chocolat. Et des fruits. Euh ok je m’arrête 😉

 

Oignons caramélisés à la mijoteuse

Les oignons caramélisés, c’est diablement bon. Ça rehausse n’importe quelle recette salée. J’en mettrais volontiers partout, même dans mon grilled-cheese du petit déjeuner. Oui, de l’oignon dès le matin, ça ne me fait pas peur, pourvu qu’il soit bien cuit, tendre et légèrement sucré.

Par contre, c’est long. Ça ne demande rien que des oignons, pas de sucre, ou sel ni bicarbonate de soude (quoique ça se fasse, hein; je vous renvoie à cette lecture qui compare différentes méthodes : https://food52.com/blog/19488-the-truth-about-caramelizing-onions)

20170929_090924

Bonne nouvelle, vous pouvez mettre votre mijoteuse au travail et récolter une belle quantité d’oignons caramélisés sans avoir à rien surveiller ! J’ai suivi les instructions de The Kitchn qui se résument ainsi : coupez plein d’oignons, ajoutez à peine de sel et de beurre fondu ou huile, et cuisez sur LOW le plus longtemps possible. Remuez de temps en temps si vous êtes dans le coin, mais c’est vraiment optionnel.

Comme j’avais rempli ma mijoteuse, j’ai quand même fini avec pas mal d’oignons confits; du coup, pour les conserver, j’ai congelé dans un moule à muffins. Une fois congelés, j’ai démoulé et conservé au congélateur dans un sac hermétique; dans les semaines qui ont suivi, j’ajoutais une ou deux « rondelles » (ça avait un peu la taille d’une rondelle de hockey) à plein de plats, c’était vraiment pratique, et plus rapide que de faire caraméliser les oignons à chaque fois ! Et le goût, au fait ? C’était bon… mais pas incroyable; la mijoteuse crée un environnement humide, et les saveurs se retrouvent un peu dans le jus, que j’avais quand même inclus dans mes « muffins » d’oignons.

20170929_090900

En fait je n’avais pas lu la recette jusqu’au bout : The Kitchn suggère de laisser le couvercle ouvert durant 3 à 5 heures avant d’éteindre la mijoteuse. Cela permet d’évaporer l’humidité et de concentrer les saveurs. C’est ce que j’ai fait la fois suivante, et c’était drôlement meilleur, mais attention : on parle quand même d’oignons qui cuisent, donc dans un appartement à aire ouverte, ça sent un peu partout -pensez à mettre la mijoteuse sous la hotte. Bref, au final, quelle que soit la méthode, les oignons caramélisés, ça se mérite… 😉

 

La pâtisserie Bicyclette

La pâtisserie Bicyclette a ouvert dans un charmant petit local il y a moins de 3 ans, et la qualité des produits qu’elle propose a mené le NY times à la lister dans les 5 endroits à visiter à Montréal.

20180527_111057158094987.jpg

Chez Bicyclette, l’accent est mis sur les produits de saison. Actuellement, on peut par exemple goûter une tarte aux asperges avec ricotta citronnée ou une galette aux rhubarbes et amandes. La propriétaire, Ariane Maurice, était céramiste avant de se lancer en pâtisserie, et elle apprécie la similitude entre les deux procédés : créer une recette, la mettre en forme, cuire.

20180527_112342404892548.jpg

La pâtissière propose des produits variés, allant des tartes aux choux, des cannelés et pets-de-soeur, scones, biscuits, et même des popsicles en été. En janvier, on peut y trouver des galettes des rois, et dans le temps des fêtes, Ariane s’est associée à Pascal Le Boucher pour offrir des tourtières à la viande. On y trouve aussi des pots de confitures, de granola, ou encore des rouleaux de pâte à biscuit… bref, la créativité est au rendez-vous ici !

20180527_1124161585587437.jpg

Pour un événement spécial, vous pouvez commander de magnifiques gâteaux style « naked cake » (la photo ci-dessous a été prise sur la page Facebook de la pâtisserie).

33754898_1751232574914025_8032049324143673344_n

L’endroit est kid-friendly, avec quelques crayons et livres et des tabourets qui sont bienvenus (les seules places intérieures comprennent des tabourets hauts); l’espace devant la pâtisserie accueille une table et 4 chaises, et quelques bacs sont en cours d’installation afin d’ajouter une petite section de jardin.

20180527_112407-1953681869.jpg

N’hésitez pas à passer vous asseoir ou prendre un café ou une pointe de tarte pour emporter; même si ce commerce a paru dans un journal américain, il s’agit avant tout d’une pâtisserie de quartier, sereine et sympathique.

20170806_110659906244674.jpg20180527_112354-1128412788.jpg

 

Louise : la belle boulangerie qui fait du bon pain

Comme je suis abonnée à un peu trop pas mal de pages Facebook, j’ai entendu parler de Louise dès son ouverture, en mars.

Et j’ai adoré son néon.

Bon, apparemment, selon les critiques, le pain aussi était bon, mais moi, si je veux être vraiment honnête, c’est le néon qui m’a d’abord attirée.

Donc j’y suis allée, boire un café avec mon petit et manger du bon pain. Côté café, ce n’est honnêtement pas incroyable; il est réalisé avec une machine automatique, au point qu’il n’a pas été vraiment possible de faire mousser du lait pour mon fils, et qu’il a eu plutôt du lait chaud. Mon café était correct, mais c’était un latte, où la présence du lait aide à excuser des grains trop torréfiés ou un peu vieux, ou une infusion trop longue.

Donc si je retournerai chez Louise, c’est clairement pour le pain. Car là, oui, c’était fabuleux. J’ai goûté pas mal, entre celui que j’ai acheté, celui qu’on pouvait goûter, posé sur la vitrine, et encore un autre dont on m’a proposé une bouchée au moment de payer. Frais, moelleux, goûteux. Irréprochables. L’un était aux raisins, l’autre figues et noisettes, et je ne me souviens plus du 3ème, sauf que je l’ai adoré, et c’est ça qui compte 😉

Pains sucrés ou salés, croissants, gâteaux, tartes, sandwiches, ainsi que le café et une multitude de boissons, l’offre est large et toujours fraîche du jour; en plus, on a vue sur la cuisine (ou devrais-je dire l’atelier ? -bref, on peut voir les boulangers en action toute la journée, et c’est passionnant).

En outre, Louise organise des cours de confection de pain, au cas où vous voudriez -littéralement- mettre la main à la pâte. Il y avait un atelier samedi passé, mais ce type d’événement devrait se reproduire (c’était sold out !). En attendant, allez chez Louise et gâtez-vous; pour 3 produits achetés, le 4ème est gratuit, vous auriez tort de vous priver.

Gnocchis et légumes caramélisés sur plaque

Dans la famille des recettes sur plaque, voici une méthode originale pour cuire les gnocchis côte à côte avec le reste des composantes du repas, ce qui permet de minimiser la quantité de vaisselle à laver après la préparation.

20180203_124146

Car oui, les gnocchis ne doivent pas absolument être cuits dans l’eau bouillante ! Une vingtaine de minutes au four, et ils sont aussi bien cuits qu’avec la méthode traditionnelle. J’ai testé cette recette de The Kitchn plusieurs fois, et j’ai pris des photos la fois où j’ai un peu dérogé de la recette initiale, en ajoutant des courgettes. Il est facile de faire varier la recette de base, en ajoutant n’importe quel élément qui peut cuire en 20 minutes, comme des aubergines, champignons, asperges, mais aussi des saucisses tranchées en rondelles, ou même des pommes de terre ou patates douces, mais coupées en très petits cubes, ou sinon précuites.

À la fin de la cuisson, les légumes sont légèrement caramélisés, et les gnocchis un peu croustillants sauf si vous avez utilisé des légumes qui relâchent beaucoup d’eau (c’est le cas notamment si vous prenez des tomates plus grosses, coupées en cubes); le plat restera délicieux, mais sans l’effet très légèrement craquant, à moins de placer les gnocchis d’un côté de la plaque, et le reste de l’autre, afin d’éviter que les jus touchent les gnocchis.

20180203_115813

Préchauffez votre four à 450°F. Dans un grand saladier, mélangez un paquet de gnocchis (environ 450 g pour 4 personnes), le même poids de tomates cerises, un oignon rouge émincé, deux poivrons rouges coupés en cubes, une pincée de romarin frais haché, et 4 gousses d’ail, ainsi que tout ce qui vous inspire (comme une courgette tranchée). Versez dessus un filet d’huile d’olive, ainsi qu’une pincée de sel et de poivre. Mélangez brièvement, puis déposez sur une plaque à pâtisserie recouverte d’un tapis de silicone ou de papier parchemin. Laissez cuire 18 à 20 min, en remuant 1 ou 2 fois durant la cuisson; sortez la plaque du four quand les gnocchis sont bien tendres et résistent peu si on y enfonce une fourchette.

20180203_124115

Déposez dans une assiette et ajoutez du Parmesan à volonté et du basilic frais haché.  Dégustez ! Un des commentaires dans la recette originale suggérait aussi d’ajouter du pesto, une cuillerée de ricotta ou encore des crevettes 5 min avant la fin de la cuisson. Le Parmesan peut aussi être substitué pour n’importe quel fromage, et cette recette peut vous servir à rescaper n’importe quel légume qui est sur le point d’être trop flétri -une belle recette vide-frigo, rapide, simple et savoureuse !

Note : l’oignon rouge est important. Il caramélise légèrement à la cuisson et ajoute une saveur délicieuse ! Un oignon blanc ou jaune a besoin de plus de temps, donc si vous faites la substitution, celui-ci ne sera pas assez cuit.

20180203_124130

 

Le café Perko

Perko, comme percolateur évidemment, parce qu’on vient ici pour boire du bon café, torréfié chez Kittel. Ou une mousse de lait voluptueuse, dans le cas de mon petit. Les croissants et autres viennoiseries viennent des Touriers, et du Pain dans les Voiles, et les gâteaux de Mlle Gâteaux située non loin de là. Bref, le Perko choisit ses partenaires au niveau local.

20170129_104200

Mais le Perko, ouvert depuis juillet 2016, a aussi une autre mission : celle de pallier un manque au niveau de l’offre pour les personnes désirant travailler ou étudier dans un café tout en ayant accès à des boissons de qualité (du café moulu au dernier moment, mmm !) sans non plus se sentir indésirable parce qu’on ne consomme pas assez ou qu’on occupe la même table plusieurs heures alors que le lieu n’aurait que 10 places. Au Perko, c’est grand et lumineux, il y a du Wifi et de la bouffe à prix raisonnables, et c’est ouvert tard (21 h).

20170129_111912

L’espace comprend donc pas mal de places assises, beaucoup de prises et même des chargeurs, et vous avez aussi accès à un scanner et une imprimante. Il est aussi possible de louer une salle de conférence pour 20 $ de l’heure -la moitié si vous êtes étudiants ou faites partie d’une OBNL.

20170129_113314

Le café est donc super bon, et côté bouffe il y a pas mal plus que ce que j’ai cité en intro; sandwichs, salades, etc. De quoi être comblé même en y restant la journée au complet.

Le Perko veut aussi être une vitrine pour les artistes locaux; par exemple, un partenariat avec Petite Gazelle Atelier a donné ces T-Shirts -suite à un sondage où les clients pouvaient choisir entre 3 designs. C’est « caféine-moé l’body » qui a gagné 😉

20374789_1953936944847335_6535323583273508125_n.jpg

source : page Facebook du Café Perko

Enfin, l’endroit est aussi ouvert aux familles; un espace plus convivial, avec des jouets, des livres et un canapé, permet même à plusieurs parents de se retrouver pour boire du bon café. J’ai déjà vu aussi des réunions de mamans en congé de maternité. Il ne faut donc absolument pas associer le Perko à un endroit pour travailler : on y passe aussi du bon temps, et les enfants ne dérangent pas !

20170129_111325

Le Perko a aussi organisé des soirées tricot ou encore des soirées jeux en partenariat avec Randolph. Bref, un endroit dynamique, ensoleillé au sens propre comme au figuré, où n’importe qui y trouvera son bonheur.