Hào comptoir asiatique

Sur la rue Rachel se trouve un minuscule local, le Hào. Celui-ci, ouvert depuis 1 an, propose une carte courte de plats philippins, en particulier des buns. Les petits pains immaculés sont pétris tendrement à la main, frais chaque jour, et cuits à la vapeur dans des paniers en bambou.

20161208_132733

J’ai goûté les deux sortes proposées, soit végétariens et au porc. Les premiers (photo ci-dessus) sont à base de tofu, champignons et poivrons sautés dans de la sauce hoisin, servis avec de la mayonnaise Kewpie, des oignons croustillants et de la coriandre. Vraiment délicieux !

20161208_132743

Ceux au porc biologique sont garnis d’une épaule braisée, terriblement tendre, servis avec une sauce maison, des oignons verts et des oignons croustillants. Même si j’ai adoré les précédents, mon cœur balance plutôt vers ceux-ci, encore plus goûteux.

20161208_140839

On a aussi pris la petite salade verte accompagnée de tomates et d’une vinaigrette à l’huile de sésame; on l’a trouvée assez ordinaire. Par contre le menu s’est enrichi depuis notre visite, proposant notamment des concombres marinés, des dumplings et même un dessert.

20161208_140820

L’endroit est décoré de façon très minimaliste, très blanc et lumineux. Les buns sont cuisinés par William, et le service réalisé par sa sœur, Rachelle, discrète et sympathique. Leur frère Charles participe également aux opérations. Le menu est régulièrement revisité, et uniquement réalisé à partir d’ingrédients frais et locaux.

20161208_132751

Un endroit joli et charmant, à revisiter de temps en temps.

Sainte-Lucie, joyau des Antilles

En février, je me suis aventurée à Sainte-Lucie avec mon petit gars de 3 ans 1/2. Dix jours au soleil à relaxer en plein milieu de l’hiver -celui-ci m’a paru drôlement moins long, du coup !

Wikipédia nous apprend que l’île fait 620 km² pour une population estimée à 170 000 habitants. Elle fut longtemps disputée entre la France et le Royaume-Uni, ce qui explique l’abondance de noms de lieux français, pour finalement devenir en 1979 royaume du Commonwealth. Elizabeth II en est donc le chef d’État. Sainte-Lucie est principalement connue pour ses deux montagnes caractéristiques, le Gros Piton et le Petit Piton, dont les hauteurs respectives sont 786 mètres et 743 mètres au-dessus du niveau de la mer. Depuis Soufrière, on ne voit que le Petit Piton, le Gros se cachant derrière. Ceux-ci apparaissent sur le drapeau de Sainte-Lucie.

DSCN4791.JPG

À gauche, le Petit Piton

J’ai choisi de rester uniquement à Soufrière durant ces 10 jours, pour plusieurs raisons; d’abord, étant seule avec un petit, c’était plus pratique de limiter les déplacements. En outre, Soufrière offrait un compromis idéal entre le fait d’avoir pas mal d’attractions intéressantes (ce qu’offre aussi Castries, la capitale, mais qui manque d’authenticité) et le contact avec la nature et la population (ce qu’offre par exemple toute la côte Est, mais l’océan là-bas est assez tumultueux, et les activités sont moins variées).

Alors que dans les environs de Soufrière, on trouve un volcan, des plantations de cacao, de bananes, de cannes à sucre, des chutes d’eau, tout plein d’activités nautiques : plongée, observation des baleines et dauphins, ou juste jouer ou bronzer sur la plage… (voir carte à la fin de l’article)

En outre, Soufrière est une petite ville, ce qui veut dire que tout peut se faire à pied (au pire en poussette pour le petit), que les gens ne sont pas stressés (même si c’est un peu le côté insulaire qui veut cela aussi), que les gens te saluent systématiquement dans la rue, et même qu’ils commencent à te reconnaître au bout de quelques jours (cela dit, j’ai vu des touristes avec des bébés de moins d’1 an ou carrément des grands de plus de 8 ans, mais aucun avec un enfant de l’âge du mien, du coup on se démarquait).

DSCN4812

Première vue de Soufrière en arrivant de Vieux Fort. Au fond, l’église.

Côté bouffe, j’ai essayé quelques restos, mais j’en parlerai dans un autre billet. On a débuté notre séjour en séjournant 3 nuit au Downtown Hotel; là il est arrivé quelque chose d’extrêmement ironique. J’avais vu des conseils de voyageurs comme quoi il faut prendre une chambre avec vue sur mer le vendredi soir (jour où on arrivait), pour éviter la musique de la fête qui a lieu toutes les semaines sur la place devant l’église. 

Sauf que ladite place était en réfection. Donc la fête a eu lieu sur le front de mer. À peu près devant notre fenêtre (sauf qu’on était au 3ème étage). Et que c’était encore la fête le samedi soir, mais moins fort et moins longtemps. Disons que le lendemain, j’ai apprécié faire la sieste avec mon petit.

DSCN4798

Le Downtown hotel. Oui, oui, le truc avec des créneaux bleus !

 

L’avantage de cet hôtel : la proximité. On est à 1 min du supermarché (Eroline’s supermarket), 1 min du front de mer, et 10 min de plage de Soufrière; celle-ci est peu fréquentée, car petite et assez sale (aussi bien des déchets que des rejets de la mer, algues notamment). C’était cependant suffisant pour nous occuper, jouer avec le sable, regarder les crabes sur la plage et les bateaux sur l’eau, et surtout être flexibles et pouvoir rentrer à pied en tout temps -les autres plages des alentours, telles que Sugar Beach, nécessitent d’avoir une voiture ou de planifier un aller-retour avec votre hôtel, donc de déterminer une heure de retour fixe d’avance.

20170212_082701

Trouvez le crabe !

On est aussi allés une fois à Anse Chastanet; pour cela, on a passé une nuit dans un hôtel un peu plus cher, parce qu’ils pouvaient m’aider à trouver une baby-sitter afin de garder mon petit pendant que je plongeais. La zone où plonger est bien délimitée afin d’éviter les collisions avec les bateaux, et une petite boutique de location sur la plage fournit l’équipement, incluant le gilet de flottaison avec un sifflet. J’ai pu passer une heure à arpenter la zone et admirer la faune et la flore -incluant une vieille table de pique-nique en fer toute rouillée, mais surtout de magnifiques poissons rayés et coraux jaunes et rouges.

L’hôtel où on a passé la nuit est le Still Beach House, un petit hôtel familial situé directement au bord de la page, dont les lits, équipés de moustiquaires, ont un côté super romantique. On s’endort et on se réveille au son des vagues, ce qui est assez magique ! Par contre, l’eau de la douche était froide, et il se trouve que le restaurant ne sert pas le souper, ce qui n’est indiqué nulle part; après une petite balade en ville juste avant le coucher du soleil, on est rentrés pour trouver un resto fermé, et du coup on a grignoté divers trucs froids (on avait notamment du pain, du beurre de cacahuètes et du yaourt à boire. Pas le souper le plus excitant du voyage !)

Le lendemain, on a changé d’hôtel pour aller au Alfred’s Diamond Villa durant 5 nuits. Plus excentré (à 10 min du supermarché et 20 minutes de la plage), c’est là qu’on a eu le plus de fun finalement. On avait une mini-cuisine, l’endroit était d’un calme incroyable (zone résidentielle) et il y avait une petite cour bétonnée avec une balançoire (un peu branlante… disons que je ne pouvais pas l’utiliser, mais mon petit oui) et des ballons qui traînaient vu que les proprios habitent sur place et ont 2 petites filles. Le samedi soir, un gros barbecue est organisé et tout le monde est invité à venir manger et boire ensemble (incluant des voisins, et tous les résidents de l’hôtel, qui comprend 6 appartements).

DSCN4893

Alfred’s Diamond Villa est également situé à 5 min des jardins botaniques (Diamond botanical gardens). Ceux-ci sont absolument magnifiques, mais quelque chose qui m’a principalement marquée au cours de cette visite c’est qu’on a vécu la seule averse de tout le voyage. Très forte, et qui a duré vraiment longtemps; on s’est réfugiés dans la structure d’accueil / café à mi-parcours et on a observé les oiseaux qui se posaient sur les tables. Mon garçon a eu le temps de toucher exactement à chaque objet-souvenir qui était proposé tandis que je retenais un peu mon souffle pour qu’il ne casse rien (la plupart des objets, même les maracas, semblaient vraiment fragiles, mais je voulais lui faire confiance).

DSCN4852

Les jardins comprennent une chute d’eau dans laquelle on ne peut pas se baigner; par contre, en payant un supplément, on peut prendre un bain dans des piscines d’eau thermale -de l’eau chaude qui a voyagé près du volcan, situé à 3 km de là (volcan dont je parlerai plus bas).

DSCN4872

La flore est assez époustouflante, entre la multitude de fleurs très colorées, les bananiers, caféiers, cacaoyers, des bambous, toutes sortes de lianes, du bois bandé, de la vanille…

DSCN4865

Liane de vanille qui grimpe sur un cacaoyer

 

DSCN4856

L’entrée coûte 7 US$ (la monnaie locale est le dollar caribéen, mais on peut aussi tout payer en dollars américains), et la moitié pour les enfants, mais vu la grandeur du mien ils l’ont fait entrer gratuitement.

DSCN4885

Je n’ai pas fait de photos de notre tour en bateau pour spotter des baleines et des dauphins, mais nous avons fait affaire avec Mystic Man Tours; ils organisent leurs tours avec des personnes de partout sur la côte Ouest -certaines personnes venaient de Castries ou de Sugar Beach- donc en étant juste deux, on avait au début une date flottante (« lundi ou mercredi ») jusqu’à ce qu’ils confirment qu’ils nous ajoutaient à un groupe. C’était une super belle balade, par contre aucun animal ne s’est montré 😦 Apparemment, cela arrive seulement 1 fois sur 10. Ils proposaient de reprendre le tour gratuitement une autre fois, mais comme le petit s’impatientait sur la fin (le tour dure une heure, et c’est sûr que ça manquait cruellement d’action) j’ai opté pour ne pas recommencer.

DSCN4797

L’hôpital de Soufrière

 

On est aussi allés voir le volcan, et je ne sais pas trop comment je me suis organisée pour n’y aller finalement que le dernier jour, alors qu’on devait quitter l’hôtel à midi pour aller à l’aéroport. Le volcan est annoncé comme le seul volcan « drive-in » du monde, et c’est vrai qu’on voit la chose de près. Mon garçon a adoré la visite, parce qu’il y avait plein de cailloux par terre (bin oui, le volcan ne l’a pas passionné). Il en a même mis dans ses poches, et du coup on a un petit caillou de Sainte-Lucie chez nous.

20170219_094004

Le plus impressionnant, ce sont ces sortes de piscines de boue noire en ébullition; ça bouillonne énormément, des grosses bulles éclatent et éclaboussent, bref l’activité est forte là-dessous. Et c’est bon signe, parce qu’en l’absence d’activité, cela veut dire que le volcan ne relâche pas ses gaz, la pression s’élève en dessous, et le volcan prépare une éruption. Des spécialistes viennent sur place faire des mesures tous les ans, juste pour suivre l’état de la chose.

20170219_091246

Pour un petit supplément, vous pouvez prendre un bain dans les boues noires et chaudes, à environ 38 degrés C. C’est-à-dire un peu trop chaud pour un enfant, en plus de laisser des traces noires pendant plusieurs jours; comme on prenait l’avion quelques heures plus tard, j’ai décidé de ne pas prendre le bain.

20170218_175221

Golden hour près de chez Alfred’s Diamond villa

On a aussi flâné dans une plantation de cacao, mais comme celle-ci appartenait à un restaurant, j’en parlerai dans mon prochain billet. Du coup, c’est tout pour les activités que j’ai réellement essayées dans le coin. Par contre, j’ai quelques suggestions :

  • Morne Coubaril Estate : faites du zipline, une balade à cheval, ou explorez simplement la plantation de cannes à sucre.
  •  Piton falls ou Toraille waterfalls, des chutes d’eau où on peut se baigner (contrairement aux Diamond)
  • randonnée facile, le chemin Tet Paul. On peut grimper facilement jusqu’en haut du Gros Piton (celui qui a une pente douce) et avoir une vue magnifique sur les alentours, voire jusqu’en Martinique. Mon petit était juste trop lourd pour que je le mette en porte-bébé 1 heure aller et 1 heure retour, et trop jeune pour faire le trajet tout seul. À deux adultes, ça aurait été jouable.

DSCN4819

J’ai pris des photos de mes dollars caribéens. J’ai bien géré mes retraits versus mes dépenses, vu que j’ai juste rapporté une pièce de 10 cents.

20170218_200044

Encore quelques photos, et quelques cartes pour bien situer le tout… en attendant le prochain article, qui parlera un peu de bouffe !

20170216_100937

En revenant de Eroline’s supermarket. À gauche, au fond, l’église, et devant elle, la place en réfection.

20170213_164815

20170212_080803

20170218_084031

le marché du samedi

ste lucie

ste lucie2.jpg

ste lucie3.jpg

ste lucie4

 

Café Reine Garçon

J’ai découvert ce café par hasard : alors je visitais la page Facebook d’un autre café, je me suis fait suggérer celui-ci. J’ai distraitement regardé 2-3 photos avant de conclure qu’effectivement, c’était une bonne idée d’aller y faire un tour.

20160922_084556

J’ai emmené mon meilleur compagnon, soit mon petit de 3 ans, et on a découvert un lieu absolument charmant; drôle,. artistique, vintage, chaleureux tout à la fois. Le café Reine Garçon tire son nom d’une pièce de Michel Marc Bouchard créée en 2013 sur la vie de Christine de Suède -pièce qui a eu de nombreux prix, et Reine qui était un personnage coloré et fascinant. Le café fête d’ailleurs son premier anniversaire ce samedi 3 juin à 19h, et offre des petits latte à 1 $ toute la journée.

20160922_082925

Le café est lui-même est super bon, mais c’est l’ambiance et la déco éclectique et éclatée qui m’ont séduite principalement; mon petit a aussi adoré jouer avec un Ken qui traînait par là tandis que je tentais de passer en revue mille petits détails amusants ici et là dans toute la place.

20160922_084205

Il y a donc une mini-bibliothèque (les livres doivent faire environ 1 pouce de côté) que vous pouvez remplir avec vos propres histoires et dessins; les meubles sont complètement dépareillés, il y a aussi bien un bureau que des banquettes confortables ou encore des tables plus hautes devant la fenêtre. Des illustrations et des livres anciens côtoient des objets modernes. Ça rend le café kid-friendly parce qu’il y a plein de trucs qu’il peuvent toucher, explorer, en plus d’avoir une chaise dont l’assise est élevée (mais sans ceinture par contre, attention).

Il y a aussi un « mur des confidences » et le monde s’y est vraiment laissé aller… Ironique, poétique ou un peu obscène mais avec juste assez de retenue, chaque « confidence » est une petite perle.

20160922_085540

Et la femme-coq au fond du café m’a laissée sans voix tant elle était superbe, apparemment bien occupée avec le ménage.

20160922_085624

L’endroit étant à vocation culturelle et artistique, une scène au fond permet d’organiser tout un tas de spectacles en tout genre.

20160922_085517

Il y a également une offre de bouffe assez variée, que je n’ai pas encore essayée. Bref, un endroit à découvrir !

20160922_082346

Des Rubik’s cubes délicieux

Cédric Grolet est un pâtissier auvergnat plein de créativité; chef pâtissier au palace parisien Le Meurice, il a un compte Instagram qui donne l’eau à la bouche. Mais ce qui retient particulièrement l’attention, ce sont ses « Rubik’s cakes » -le nom est totalement explicite :

Sans titre

Il s’agit de gâteaux à partager entre 4 à 6 personnes, qui sont réalisés sur commande (il faut téléphoner au moins 3 jours avant) et à déguster sur place.

Sans titre1

Pour fêter ses 300 000 abonnés sur son compte (il y a 3 mois), il a même fait une version géante du Rubik’s; perso je serais capable de le partager à 4 personnes aussi 😉

Sans titre3

Cela dit, admirez aussi ses autres créations. Cédric Grolet sort régulièrement des « fruits » : d’autres créations sucrées en forme de pêche, citron, etc. ou ici, pomme à l’aneth, qui semblent au moins aussi savoureuses et tout aussi phénoménales côté présentation.

Sans titre4.jpg

Je ne suis pas sûre d’aller manger prochainement au Meurice, par contre Cédric Grolet devrait sortir un livre de recettes. J’ai aussi trouvé la recette des citrons verts sur ce site. Si vous l’essayez, donnez-moi des nouvelles -ça demande un peu trop d’équipement  et de techniques que je ne possède pas et ne désire pas acquérir. Par contre l’association citron vert et estragon m’enthousiasme… à suivre !

Gâteau étagé noisettes et prunes

Un jour je suis tombée sur ÇA. Je me suis demandé pendant un quart de seconde si j’allais bientôt avoir une occasion de faire un tel gâteau; puis je me suis dit qu’il était trop époustouflant pour me retenir de créer une telle œuvre dans ma cuisine juste parce que personne autour de moi n’avait de nouveau boulot ou d’anniversaire. Donc quelques jours plus tard, voici ce qui trônait sur ma table :

20170302_155555

J’ai fait des modifications très mineures à la recette initiale, comme un peu moins de sucre, et plus de prunes; également, je l’ai fait dans un seul moule de 6 pouces, et non 2 moules de 8 pouces. J’ai donc réduit tous les ingrédients. Commencez par torréfier 100 g de noisettes, au four à 350 degrés F environ. Surveillez bien pour qu’elles brunissent légèrement sans brûler. Baissez le four à 320 degrés F en prévision du gâteau. Une fois refroidies, vous pouvez facilement ôter le plus gros de la peau des noisettes en les frottant entre vos mains. Ensuite, broyez le tout pour en faire de la poudre de noisettes.

Fouettez 150 g de beurre ramolli à température ambiante avec 200 g de sucre blanc plusieurs minutes; ajoutez ensuite 3 œufs un à un, puis les noisettes. Fouettez bien. Ajoutez délicatement à la spatule 180 g de farine additionnée d’une cuillerée de poudre à pâte, puis 2/3 de tasse de crème épaisse. Versez la pâte dans un moule beurré et fariné et enfournez; au bout de 20 minutes, augmentez la température à 350 degrés F et cuisez environ 20 minutes de plus, en surveillant bien (malgré la quantité de pâte plus faible, le temps de cuisson est similaire). Laissez refroidir.

DSCN4927

Pendant ce temps, faites cuire 5 prunes rouges coupées en cubes avec quelques cuillerées de sucre -cela prend environ 20 minutes- puis mixez. Préparez aussi le glaçage; pour cela, battez ensemble 150 g de beurre ramolli à température ambiante avec 300 g de sucre à glacer. Ajoutez-y environ un tiers de la purée de prune; j’ai fait ça au jugé, je voulais que ça goûte fort la prune et que ce soit bien rose, sans toutefois devenir trop liquide.

Pour assembler, commencez par niveler le dessus du gâteau avec un grand couteau à dents, puis coupez-le en deux. Déposez du glaçage sur la moitié du dessous, puis utilisez une poche à douille pour en ajouter sur le pourtour, afin de pouvoir placer de la purée de prunes à l’intérieur, sans risques de débordement lorsque vous couperez des parts. Il vous faut pour cela une douille avec une ouverture assez large, ce que je n’ai pas actuellement.

DSCN4929

Posez ensuite la deuxième moitié de gâteau, et glacez légèrement le dessus ainsi que tout le tour du gâteau à étages (style « naked cake »), puis amusez-vous à faire des sortes de gouttes ou ce que vous voulez sur le dessus du gâteau. Ma douille la plus grosse a des cannelures, d’où la différence de style entre la recette originale et mon propre gâteau.

DSCN4933

Dégustez !!! Grâce à la torréfaction, le goût de noisettes est vraiment fort, presque trop en fait, car la prune devient discrète. Pour une prochaine fois, je reprendrais la recette originale en la divisant par 2, alors qu’ici j’ai pris 3/5; cela permettra d’avoir un gâteau moins haut. Aussi, je mettrai encore plus de purée de prunes au milieu; aucun risque de débordement, car elle se fait un peu absorber par le gâteau du dessus

DSCN4942

Aide-mémoire :

Gâteau :

100 g de noisettes

150 g de beurre

200 g de sucre blanc

3 œufs

180 g de farine

une cuillerée de poudre à pâte

2/3 de tasse de crème épaisse

5 prunes rouges

Glaçage :

150 g de beurre

300 g de sucre à glacer

Café Pista

Le café Pista était au départ un café mobile. Pendant quelques années, installé sur son triporteur, Maxime Richard faisait tout à la force de ses jambes : moudre le café, actionner la pompe pour acheminer l’eau… Depuis l’an passé, le café Pista s’est installé dans de magnifiques locaux à un jet de pierre du métro Beaubien. Tout en blanc et en vert menthe, l’endroit est serein, et propose des cafés savoureux ainsi qu’un menu bouffe appétissant.

20160731_120340

20160730_111232

En plus, ils n’ont aucun problème à faire des commandes sur mesure, comme du lait moussé (ou babyccino) pour mon petit garçon.

20160730_104655

Côté bouffe, quelques tartines, salade, bagel , etc. sont proposés. J’ai opté pour la tartine à la ricotta maison, miel et noix, quoique j’hésitais avec celle à l’avocat et œuf poché, à laquelle on peut ajouter du gravlax moyennant un petit supplément. C’était délicieux et ça donne furieusement envie de revenir !

20160730_113606

Le triporteur reste disponible pour les événements et sort aussi parfois dans les parcs l’été (à suivre sur Facebook et Twitter). Il est rangé à l’arrière du café lorsqu’il n’est pas sorti -ce qui n’était pas le cas le jour de notre visite.

20160730_113824

Le local est fait sur le long et comporte une quarantaine de places; l’ambiance est plutôt calme et convient aussi bien pour travailler, étudier, ou converser tranquillement avec un ami (ou regarder son petit coller des collants tout en dégustant un super café).

20160730_113618

À visiter ou revisiter très bientôt !

De l’art et du chocolat ludique

Mary et Matt se connaissent depuis le lycée; passionnés d’art, mais aussi de bouffe, ils ont commencé à faire des chocolats dans leur cuisine de Brooklyn avant de finalement lancer Chocolate Editions, qui propose, outre des tablettes assez classiques, plein de produits dérivés drôles ou tout simplement jolis. J’aime beaucoup le « pie chart », qui permet d’offrir 3 sortes de chocolat en même temps, présentés dans un coffret minimaliste.

s_pc

On a aussi la barre napolitaine, qui présent les saveurs côte à côte. Visuellement, c’est déjà un régal. Il n’est pas précisé d’où le chocolat provient mais leur site Web insiste qu’ils mettent un soin particulier à ce que leurs produits soient délicieux.

f_n

Il fut un temps où ils proposaient également une tablette de chocolat noir inspirée du jeu de Scrabble, mais pour des raisons de copyright ils ont dû en arrêter la vente.

 

choco_scrabble

Leur site semble endormi depuis l’été passé, tandis qu’ils consacrent de l’énergie à d’autres projets artistiques. Espérons qu’ils reprendront leurs expérimentations savoureuses et ludiques prochainement 😉